« – Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? – Bah voyons, un métier qui n’existe pas encore Maman ! »

Aujourd’hui, nous sommes toujours sur la culture / mentalité de construire l’avenir entre autre en se posant la question sur le métier à faire plus tard. La génération des parents s’inquiètent du devenir de leurs enfants, alors que eux, m’appréhendent pas du tout de la même façon leur avenir professionnel.

Mon fils est rentré du collège en me disant : « Maman aujourd’hui, nous avons travaillé une après-midi entière sur notre orientation de carrière. Nous avons rentré nos vœux, nos souhaits et nos tendances dans un logiciel. Ce logiciel m’a proposé des métiers !

– Des métiers !? Mais comment peut-on aujourd’hui en 2019, parler d’un futur métier à un enfant de 13 ans alors que 60% des métiers de demain n’existent pas encore ?!

– J’ai un copain, le métier qui est ressorti c’est « Chef Multimédia ».

– Mais mon bonhomme, sais-tu ce qu’est un « Chef Multimédia » ? Tu sais que ce métier qui hier était encore à la « mode », n’existe déjà plus ?! Aujourd’hui on parle du domaine du digital, qui se décline déjà en une multitude de métiers. Et demain, ce sera quoi ? …

– Moi, je voudrais devenir médecin.

– C’est une jolie vocation. Mais Médecin dans 10 ans cela consistera en quoi à ton avis ? Aujourd’hui, le désert médical qui se dessine en France et dans le monde, amène à mettre en place des consultations à distance par visioconférence. En Asie, il existe déjà des box qui vous scannent, vous font un diagnostic express et vous délivrent une ordonnance. Demain, ce seront peut-être des robots ou des machines qui se supplanteront à la manipulation humaine en chirurgie notamment. Il faudra donc d’autres compétences que la médecine pour faire fonctionner ces outils.

Mais rassure-toi, nous aurons toujours besoin d’intervention humaine, même l’Intelligence Artificielle ne compensera pas notre capacité à réfléchir et à analyser. Quelque soit le niveau avancé de l’IA, cela restera toujours un programme élaboré et des logiciels créés par l’homme.

Ce qu’il faut que tu comprennes dans cette démarche, c’est qu’il faut que tu vois et réfléchisses plus en globalité et en généralité. Tu veux faire médecin. Or tu as la vision du médecin d’aujourd’hui qui rencontre dans son cabinet médical ses patients. Demain, cela aura évolué. Il faut donc que tu changes ton approche et te dises plutôt, je veux m’orienter vers la médecine. Et à partir de là, tu trouveras selon l’évolution une spécialisation qui te conviendra. »

Par la mutation de l’emploi, l’accélération des évolutions, des innovations, des technologies… plus de 60% des écoliers pratiqueront d’ici 15 ans un emploi qui n’existe pas encore aujourd’hui. Même les métiers qui nous semblent impossibles de disparaître vont muter : médecins, professions libérales…

Cette mutation fait que l’on fera plusieurs métiers dans notre carrière, voire plusieurs métiers en même temps.

Aujourd’hui, on estime que les emplois de demain s’articuleront plutôt autour de l’essor de l’écodigital, en fonction de l’évolution sociétale et de nouveaux modèles économiques.

Les domaines phares seront centrés sur le digital, le bien-être, le service à la personne et des métiers autour de la relation clients, métiers que l’on voit déjà se développer.

Le savoir-être et les qualités personnelles seront privilégiés aux compétences propres exigées dans les décennies précédentes.

Chaque année de nouveaux métiers apparaissent et disparaissent. Il est donc difficile de pouvoir se projeter sur un avenir, un métier et une carrière. Il faut alors penser et réfléchir sur une orientation, un domaine de prédilection, un domaine de sensibilité…

Dans mes coaching avec les collégiens, lycéens et étudiants, lorsqu’ils me demandent de les accompagner et de les aider à trouver une orientation et un métier, je leur explique que je ne vais pas les aider à « trouver un métier ». Mais je vais les aider à ce qu’ils trouvent une voie professionnelle, un domaine et / ou un environnement dans lesquels ils pourront s’épanouir et évoluer.

Il faut voir et penser différemment. Il faut leur apporter les outils, les clés pour qu’ils arrivent à naviguer de manière agile dans un contexte professionnel en mouvement, en mutation et en changement constants. Il faut donc orienter les enfants sur des environnements, des domaines, des voies et non plus un métier, ce que l’on appelle déjà les « slasheurs ».

Il faut leur apprendre et les encourager à être agile, flexible, adaptable… Mais surtout, il faut les guider vers les domaines qui les sensibilisent, où ils ont une affinité. Car les mutations sociétales tout comme la prise de conscience des jeunes générations sur le réchauffement climatique poussent les jeunes à regarder différemment et avec une vision plus globale. Ils prennent en compte plus de critères que la génération des parents et grands parents dans leurs choix de carrières. Aujourd’hui, les jeunes veulent un équilibre : un équilibre entre vie personnelle et professionnelle, entre loisirs et travail, entre innovation et écologie, entre connexion et relation, entre salaire et satisfaction… Et surtout, ils veulent prendre du plaisir dans ce qu’ils font. C’est essentiel pour eux.

C’est dans cette optique et cet état d’esprit que l’on doit se préparer, faire évoluer notre mentalité, notre façon de réfléchir et d’anticiper l’avenir et les carrières.

C’est ce que je m’attache à faire avec les jeunes, comme toutes les autres personnes que j’accompagne dans leur démarche.